Vyacheslav Kyrylenko & Julia Samoylova

Le Vice Premier Ministre Vyacheslav Kyrylenko a réagi, dans une vidéo posté sur youtube, à la lettre de l'UER :

"La participante russe Julia Samoylova, a malheureusement violé la législation ukrainienne ayant chanté dans la Crimée annexée.

L'Ukraine, lorsque cela concernant la Crimée, base son point de vue sur les décisions de toutes les instances internationales, or, aucune organisation internationale n'a reconnue l'annexion de la Crimée. Nous défendons non seulement la législation ukrainienne, mais aussi adhérons également aux traités internationaux et défendons le statut de ces traités en Ukraine.

I répète que la Russie peut participer au Concours Eurovision de la Chanson 2017 à Kiev, mais seulement si son représentant n'a pas violé les lois ukrainiennes. Je pense que la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Pologne ou tout autre pays membre de l'Union Européenne de Radio-Télévision aurait pris la même décision.

Ceci est sans précédent et inacceptable de demander une décision sans précédent de l'Ukraine en faveur de la Russie et en violation de notre législation et, par la même, des normes internationales".


La situation semble ainsi claire, la Russie ne changera pas de représentant et l'Ukraine n'autorisera pas Julia Samoylova en entrer sur son territoire.

L'UER ne pourra rien faire. Elle se trouve donc dans un cas où elle ne peut garantir à l'un de ses membres la participation à son propre Concours...

Il ne fait aucun doute qu'à l'avenir l'UER devra veiller à pouvoir garantir à un pays sa participation. Peut-être par la rédaction d'une charte sans la signature de laquelle, un pays ne pourra participer, voir même exclure les pays qui ne pourraient respecter les règles essentielles du concours... l'absence de politique !

Pour en revenir à l'édition de cette année, nous avons l'Ukraine qui ne veux rien lâcher et qui souhaiterait faire plier la Russie en l'obligeant à changer de représentant. Et de l'autre côté la RUssie qui souhaite de même faire plier l'Ukraine en imposant son interprète.

Au final, il ne fait aucun doute qu'aucun des deux ne pliera. Cependant à ce petit jeu là, en restant dans ce stat quo, c'est bien l'Ukraine qui pâtira de la situation en voyant son image dégradée, imposant un bannissement à un pays et rompant avec son propre slogan "celebrate diversity" (célébrer la diversité), et pouvant conduire à son propre banissement pour un ou plusieurs concours, laissant libre champ à la Russie.

Au final c'est l'Eurovision elle même qui a déjà perdu et là est le plus triste !